Coupe du monde 2018 : les Bleus peuvent compter sur ces supporters de Normandie !

Coupe du monde 2018 : les Bleus peuvent compter sur ces supporters de Normandie !

La ferveur a déjà gagné Guillaume, Nino, Tony et Oscar (de g. à d.)

Boris MASLARD , Violaine GARGALA Paris Normandie du 05/07/18

Aujourd’hui à 16 h, la France affronte l’Uruguay en quart de finale de la Coupe du monde. Un rendez-vous que de nombreux Français vont suivre. Parmi eux, d’inconditionnels supporters de l’équipe nationale. Rencontre. Jusqu’où ira l’équipe de France ? Dix Normands livrent leur point de vue et leur pronostic pour la suite de la compétition. Pour ceux qui souhaitent partager ce moment, plusieurs communes retransmettent le match sur écran géant.

Seize heures cet après-midi : la France retient son souffle. Pour ensuite s’unir dans la ferveur ou le dépit ? Les supporters en tout cas y croient et soutiennent forcément les Bleus pour le quart de finale contre l’Uruguay. Tony Tranel et Guillaume Vallée rêvent de retrouver la joie qu’ils avaient éprouvée en ce soir du 13 juillet 1998. Ils n’avaient que, respectivement, 12 et 10 ans, et ont envie de revivre un tel moment adulte.
Des valeurs, une ambiance

« Je me suis intéressé au football à partir de 1998 », témoigne d’ailleurs Tony Tranel. Cet habitant du pays de Bray n’est pas ce qu’on appelle un « footeux ». Il soutient uniquement l’équipe de France – il est membre de l’association de supporters normands de l’équipe de France, Normandie foot – et « celle de mon village d’origine, Mesnières-en-Bray ».

Ce qui lui plaît, ce sont les valeurs transmises : « Le partage, le fair-play, l’esprit d’équipe ». Membre de l’association Vie et espoir, qui organise notamment des sorties pour les enfants malades du service d’oconpédiatrie au CHU de Rouen, Tony Tranel aime partager ces valeurs avec eux. En mars, il a emmené un groupe de sept jeunes à Clairefontaine où ils ont rencontré les joueurs. Lui, c’est la troisième fois qu’il rencontrait l’équipe nationale : une première fois en 2013 mais « la moitié des joueurs n’était pas très agréable » et deux fois dernièrement. Les Bleus actuels le convainquent. « Ils sont super sympas. On a pu discuter avec eux », témoigne l’homme de 32 ans.

Tony Tranel, qui a un bureau d’études dans le bâtiment et qui parallèlement est conseiller en gestion de patrimoine, apprécie aussi, dans le football, de se retrouver entre copains. « Et maintenant les femmes aussi s’intéressent à ce sport donc on peut être tous ensemble ».

Très sportif, Tony Tranel participe à des rallyes automobiles et a été vice-champion du monde en motonautisme en 2010 et 2011, mais pour autant, il ne pratique pas le football. Contrairement à son copain Guillaume Vallée. À 30 ans, celui-ci évolue en Régionale 3 avec le club de Mesnières-en-Bray, où il joue depuis son enfance. Et où il rêve désormais d’inscrire son fils, Nino, 2 ans et demi. Il veut lui transmettre les valeurs du sport qui lui plaisent tant.

L’autre club de cœur de Guillaume Vallée, c’est le PSG, depuis toujours. Mais le commercial est « d’abord supporter, forcément, de mon pays. On est tous fiers d’être Français. Quand la Marseillaise résonne, on frissonne », atteste-t-il.

Pour Guillaume Vallée, ce qui fait aussi le charme du football, c’est la troisième mi-temps « obligatoire ! », sourit celui qui porte un maillot dédicacé par trois joueurs : Paul Pogba, N’Golo Kanté et Raphaël Varane. Il a eu la chance de les rencontrer à Clairefontaine, en compagnie de Tony Tranel. « Ça fait chaud au cœur de voir ces monstres devant nous. » Il aimerait recueillir les signatures de tous les joueurs sur ce maillot et « l’encadrer, pour mon fils ».

Pendant la Coupe du monde, Guillaume Vallée aime étudier la tactique de l’équipe, étudier les statistiques… « J’essaye de faire un peu ma propre composition. » Les deux amis espèrent évidemment une victoire aujourd’hui. « 1-0 ça me suffit, pourvu qu’ils gagnent », sourit Tony Tranel. Le match étant en pleine journée, ils le regarderont chacun de leur côté mais ne le rateront pas. Tout comme Oscar, 5 ans et demi. Le jeune voisin de Tony, qui ne rêve que de s’inscrire dans un club de football, est fin prêt pour soutenir les Bleus et « MBappé, mon joueur préféré ». Tous auront les yeux braqués sur les Bleus cet après-midi.